Visuel 2020 horizontal 2

 

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages
Cinéma de verdure. Avant-première. Sortie le 28 septembre 2022
En présence de Carine May, Hakim Zouhani et leur équipe
 

la cour des miracles

carine may, hakim zouhani

France. 2022. 1h34

Scénario : Carine May, Hakim Zouhani
Image : Antoine Monod
Son : Nassim El Mounabbih, Clément Maléo, Raphaël Mouterde, Samuel Aïchoun
Montage : Nadège Kintzinger
Musique : Yuksek
Production : Haut et court, avec le soutien du Fonds Images de la Diversité (CNC, ANCT)
Interprétation : Rachida Brakni, Anaïde Rozam, Gilbert Melki, Sérigne M’baye, Mourad Boudaoud, Raphaël Quenard, Sébastien Chassagne, Léonie Simaga, Yann Papin
Contacts : Haut et court
hautetcourt.com
Tél. +33 (0)1 55 31 27 27

 

Jacques Prévert, école primaire en Seine-Saint-Denis, est menacée par l’arrivée d’un nouvel établissement scolaire boboécolo flambant neuf. Zahia la directrice de l’école, en quête de mixité sociale, s’associe à Marion, jeune instit pleine d’idées, pour créer la première « école verte » de banlieue et attirer les nouveaux habitants. Mais pour ça, il va falloir composer avec une équipe pédagogique disons… hétéroclite, et pas vraiment tournée vers la nature.

 

« Les héros de La Cour des miracles sont huit hussards, huit mousquetaires, parce que le collectif enseignant est à bien des égards fascinant et que, curieusement, c’est un angle mort. Les films les plus marquants sur l’école, on pense notamment à ceux de Bertrand Tavernier (Ça commence aujourd’hui) ou à Nicolas Philibert (Être et avoir), s’intéressent à l’image traditionnelle du maître, seul et tout puissant dans sa salle de classe. Or la professeure des écoles que j’ai été sait combien la solidité des collectifs pèse sur l’efficacité de l’enseignement. Nous ne pouvions qu’y voir un potentiel narratif. (...) Les professeurs ont grandi dans des contextes divers, portent des regards parfois diamétralement opposés sur l’école, la société, et pourtant ils doivent faire corps dans l’intérêt des enfants. Dans notre monde atomisé où les gens vivent de plus en plus en cercle fermé, nous trouvions que c’était un matériau intéressant. »
Carine May

 

Originaires d’Aubervilliers, Carine May et Hakim Zouhani ont tous deux travaillé auprès d’enfants dans différentes structures jeunesse de la ville. Hakim a passé plus de dix ans à l’office municipal de la jeunesse en tant qu’animateur socioculturel auprès de jeunes adultes, où il a initié des ateliers autour du cinéma. Carine a enseigné plus de dix ans à Aubervilliers et à La Courneuve, en tant que professeure des écoles, en maternelle et en élémentaire. Ils s’inspirent de leur ville et la mettent en scène à travers leurs créations. Leur premier long métrage, Rue des cités, un film à la frontière entre fiction et documentaire, est présenté dans la programmation de l’ACID à Cannes en 2011 et à Gindou cette même année. Reconnus pour plusieurs de leurs courts métrages : La Virée à Paname (diffusé à Gindou en 2013, nommé aux César 2015), Molii (prix spécial du jury au festival de Clermont Ferrand 2014, diffusé à Gindou cette même année), Pièce rapportée (diffusé à Gindou en 2016) Master of the classe (diffusé à Gindou en 2017), Carine May et Hakim Zouhani investissent le registre de la comédie dramatique et dessinent avec justesse les quartiers populaires d’aujourd’hui.

 

 

Interview à Gindou de Carine May, Hakim Zouhani et Mourad Boudahoud par William d'Antenne d'Oc :

Antenne d oc lacourdesmiracles

Tchatche à Gindou prochainement en ligne !

 

Rechercher