Visuel 2020 horizontal 2

 

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages
Arsènic. Avant-première. Sortie le 12 octobre 2022
 

pénélope mon amour

claire doyon

France. 2021. 1h28

Scénario : Claire Doyon
Image : Claire Doyon, Pascale Granel
Son : Claire Doyon, Olivier Schwob
Montage : Raphaël Lefèvre
Production : Tamara Films, Microclimat avec le soutien de la Région Occitanie
Contacts : Norte Distribution
norte.fr
Tél. +33 (0)9 83 84 01 58

 

Depuis dix-huit ans, je filme Pénélope, jeune adulte autiste. Un jour j’ai ouvert le placard qui contenait des cassettes DV et des bobines Super 8. Ça m’a presque crevé les yeux. Il fallait rassembler toutes ces images. Pénélope mon amour trace le parcours d’une mère et sa fille à travers les années. Il raconte différentes étapes : le choc du diagnostic,
la déclaration de guerre, l’abdication des armes, pour finalement accepter et découvrir un mode d’existence autre."

 

« J’aime l’idée des cailloux. Des souvenirs comme des cailloux. Des cristaux de subjectivité qu’il fallait condenser avec certaines images. Il fallait que mon souvenir s’ancre dans une image précise. Soit cette image existait dans les rushes, soit il fallait la tourner. Je me posais cette question. Ce souvenir, ce moment crucial et déterminant, quelle image peut le recevoir ? Par exemple, une nuit je me suis réveillée avec le souvenir de cette photo de Pénélope à trois ans sur le capot de la voiture. Elle n’était pas dans les
rushes qu’on avait regardés. J’ai fouillé dans une boite de photos. Il fallait que je retrouve cette image car elle condensait pour moi le sentiment d’un moment qui bascule (…). Le film a mis très longtemps à se trouver au montage. Mais j’étais sûre dès le début de vouloir commencer par une séquence tournée aujourd’hui. Je voulais déjouer la possibilité de se questionner sur la guérison ou l’amélioration de la santé de Pénélope. La question n’est pas : est ce qu’elle va aller mieux ? Mais plutôt, quels chemins emprunte-ton pour accompagner des êtres fragiles ? » Claire Doyon

 

Après avoir fait des études de réalisation à la Fémis et au Lee Strasberg Institute, Claire Doyon (1971) réalise son premier long métrage Les Lionceaux en 2002, sélectionné à La Quinzaine des Réalisateurs. Elle réalise ensuite plusieurs films : Le Vent souffle où il veut, Kataï, Les Allées sombres, Arsenic, Chrishna/Ombwiri. Ces films ont été sélectionnés dans des festivals internationaux tels que le festival international du film de Locarno, la Mostra de Venise, le festival du film de Turin, le FID de Marseille, le festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, Côté Court de Pantin et pour lesquels elle a remporté plusieurs prix. En 2012 elle réalise le moyen métrage Pénélope, un film sur un voyage avec sa fille autiste aux frontières mongoles, qui a remporté le prix Renaud Victor au FID de Marseille. Claire Doyon est aussi la fondatrice de MAIA, un institut expérimental créé en 2007, situé à Paris, qui accueille actuellement 24 enfants et adolescents avec autisme. Cette école promeut une pédagogie expérimentale inspirée de diverses sources et outils.

 

Rechercher