Visuel 2020 horizontal 2

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages
Plein air. Avant-première. Sortie le 8 décembre 2021

 

Ziyara

Simone Bitton

France, Maroc. 2020. Documentaire. 1h20

Scénario : Simone Bitton
Image : Jacques Bouquin
Son : Ghita Zouiten, Frédéric Fichefet, Emmanuel de Boissieu
Montage : Dominique Pâris
Production : Ciné-Sud Promotion, La Prod, Novak Prod

Contact : JHR Films
jhrfilms.com
Tél. +33 (0) 9 50 45 03 62

 

Au Maroc, la Ziyara (visite des saints) est une pratique populaire que juifs et musulmans ont toujours eu en partage. Le film est un road movie au pays natal, un pèlerinage cinématographique où la réalisatrice va à la rencontre des gardiens musulmans de sa mémoire juive.

« Depuis plus de trente ans, je sonde et je raconte les relations entre juifs et arabes, entre juifs et musulmans. Je l’ai surtout fait en Palestine, où j’ai souvent filmé le pire. Au Maroc, il s’agissait plutôt de filmer ce qui relevait du meilleur et qui résiste encore étonnamment après avoir failli disparaître trop tôt, comme on dit de quelqu’un qu’il est mort trop jeune. J’ai voulu traduire par des images, des sons, des mots et des visages cette disposition humaine un peu anachronique qui porte le nom de fraternité, une exception presque incongrue tant la violence du conflit israélo-palestinien semble avoir balayé toute perspective de relations apaisées entre juifs et musulmans de par le monde. Un humble gardien de cimetière heureux de retrouver la tombe juive qu’on est venu chercher, une jeune conservatrice qui dit “Bismillah” en touchant un rouleau de Torah… J’ai voulu additionner ces petits riens dans un film qui offrirait ce que l’anthropologue marocain Aomar Boum décrit comme un récit d’espoir dans un monde rempli de haine, de xénophobie, d’islamophobie et d’antisémitisme. » Simone Bitton

 

Ziyara reaSimone Bitton est née au Maroc en 1955 et a fait des études de cinéma à l'IDHEC. Elle détient la double nationalité franco-marocaine, et elle vit entre Paris et Rabat. Elle est professeure associée à l’Université de Paris 8 et encadre des ateliers de réalisation aux Ateliers Varan. Elle a réalisé une quinzaine de films pour la télévision et pour le cinéma. Du film d’archives historiques (Palestine : histoire d'une terre, Gindou 2000) à l’essai cinématographique (Mur, Gindou 2004), en passant par l’enquête (Rachel, Gindou 2009), la biographie politique (Ben Barka, l'équation marocaine) ou les portraits d’artistes (Les Grandes Voix de la musique arabe et Mahmoud Darwich : et la terre, comme la langue), tous ses films témoignent d’un engagement humain et professionnel pour une meilleure appréhension de l’actualité, de l’histoire et des cultures d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.