décline couverture HEADER

 

 

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages -
Plein air. 
Avant-première. Sortie le 2 octobre 2019.

 

Alice et le maire

de Nicolas Pariser

France. 2018. Fiction. 1h45

Scénario : Nicolas Pariser
Image : Sébastien Buchmann
Son : Daniel Sobrino
Montage : Christel Dewynter
Musique : Benjamin Esdraffo
Production : Bizibi
Interprétation : Fabrice Luchini, Anaïs Demoustier, Nora Hamzawi, Léonie Simaga, Antoine Reinartz, Maud Wyler

Contacts : Bac Films
www.bacfilms.com
Tél. +33 (0)1 80 49 10 00

 

 

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.


« A l’origine du film, il y avait l’envie de travailler avec Fabrice Luchini que j’admire depuis longtemps. Ensuite, j’ai tendance à accumuler des projets qui ne me semblent pas suffisants pour faire un film. Je dois en mélanger deux ou même trois pour arriver à imaginer un film. Il y a quelques années, j’avais vu au cinéma le documentaire Le Président d’Yves Jeuland qui m’avait donné l’envie de faire un film de fiction sur un président de région haut en couleur qui emmènerait un jeune assistant intello partout avec lui. J’avais un autre projet qui racontait l’histoire d’une jeune femme qui ne savait pas quoi faire dans la vie et qui essayait tout un tas de métiers. Elle avait fait Sciences-Po, voulait s’engager en politique, faisait du théâtre, s’essayait au jeûne : elle se cherchait faute d’avoir une vocation. J’ai mélangé ces deux projets mais j’avais l’impression qu’il manquait encore quelque chose. C’est là que j’ai pensé à L’homme sans qualités de Robert Musil. C’est vraiment un livre fondateur pour moi, le livre de mes 25 ans. Musil m’a servi de liant entre ces deux projets. L’idée de « Lyon 2500 », par exemple, dans Alice et le maire est un décalque de l’Action Parallèle, manifestation politique qui se révèle être une usine à gaz dans le roman. » Nicolas Pariser

 

 

 

alice

Nicolas Pariser est né à Paris en 1974. Après des études de droit, de philosophie, d’histoire de l’art et de cinéma, il est, au début des années 2000, critique de cinéma pour le magazine Sofa puis travaille quatre ans auprès de l’homme de cinéma Pierre Rissient. En 2008, il réalise son premier court métrage, Le Jour où Ségolène a gagné, qui raconte la journée d’une militante socialiste le jour de l’élection de Nicolas Sarkozy. L’année suivante, il réalise le moyen métrage politique La République (Gindou 2010) qui obtient le prix Jean-Vigo 2010. Trois ans plus tard, son court métrage Agit Pop, comédie burlesque sur les dernières heures d’un mensuel culturel, est sélectionné à la Semaine de la critique 2013. Le Grand jeu, son premier long métrage, est sélectionné au Festival de Locarno en 2015 dans la section « Cineasti del presente » et reçoit le prix Louis-Delluc du premier film. Alice et le maire, son deuxième film est sélectionné en 2019 à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes.