Visuel 2020 horizontal 2

Caméras sénégalaises. Cinémathèque de Toulouse et CNC - Courts métrages
Plein air

 

Afrique sur seine

Paulin Soumanou Vieyra, Mamadou Sarr

Sénégal. 1955. Essai. 21 min

Scénario : Mamadou Sarr
Image : Robert Caristan
Montage : Paulin Soumanou Vieyra
Commentaires : Paulin Soumanou Vieyra, Mamadou Sarr
Production : Groupe africain du cinéma
Interprétation : Marpessa Dawn, Philippe Mory, Annette M’Baye, M. Bathily, C. Clairval, D. Dane, I. Diop, M. Leprovot, P. Letourneur, L. Malik, F. Raoul, G. Rodriguez, M. Vieyra.

Contacts : Institut français
institutfrancais.com
Tél. +33 (0)1 53 69 83 24

 

La vie de Sénégalais, artistes et étudiants africains à Paris : la nostalgie, les rencontres et échanges. L’Afrique est-elle en Afrique, sur les bords de la Seine ou au Quartier latin ? Interrogations aigres-douces d’une génération d’artistes et d’étudiants à la recherche de leur civilisation, de leur culture, de leur avenir. Ce film, premier essai de cinéastes africains, a été réalisé sous le patronage du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme.

 
Afriquesurscene REA2Béninois de naissance et sénégalais d’adoption, Paulin Soumanou Vieyra (1925-1987) est considéré comme le précurseur du cinéma africain. Réalisateur, critique, écrivain et historien, on lui doit une trentaine de documentaires et un long métrage, En résidence surveillée. Premier africain diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC, aujourd’hui FEMIS), il tourne en 1955 Afrique sur Seine, film culte qui marque les débuts du cinéma africain. Débute alors une vie dédiée à filmer l’Afrique, à œuvrer pour l’émergence de talents africains comme le grand cinéaste sénégalais Ousmane Sembène, et à signer les premiers textes africains de critique cinématographique. Il fut directeur du Service des Actualités Cinématographiques du Sénégal. En 1982, il accède au grade de Docteur de la Sorbonne (sous la direction de Jean Rouch), avec sa thèse intitulée À la recherche du cinéma africain. À l’origine de la Fédération Panafricaine des Cinéastes (FEPACI) en 1969, il est reconnu comme le premier critique et le premier historien du cinéma africain avec la publication, en 1975, de « Le Cinéma africain : des origines à 1973 ».