Visuel 2020 horizontal 2

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages
Plein air

 

Gégé

Florent Verdet

France. 2020. Documentaire. 1h12

Scénario : Florent Verdet
Image : Florent Verdet
Son : Martin Sadoux
Montage : David Jungman
Musique : Stéphane Edouard, Manu Heyner
Production : entre2prises, Label Vidéo, Télébocal
Avec Gérard Coutance

Contact : entre2prises
entre2prises.fr
Tél. +33 (0)1 42 87 73 06

 

Gérard Coutance, dit Gégé, est un paysan normand, éleveur de veaux de père en fils.
Dans les années 90, totalement endetté, il décide de transformer son exploitation qui devient, en quelques années un lieu d’accueil unique en France « la ferme à Gégé », une ferme qui fait de l’accueil social aux méthodes pédagogiques peu ordinaires…

« Cette ferme autrefois isolée, triste et abandonnée est devenue un lieu aux mille visages où les rires des enfants résonnent encore dans la petite ville de Coudeville-sur-Mer. Pendant plus de vingt ans, la ferme fut un lieu de rencontres où des centaines de jeunes normands et de jeunes banlieusards, au contact de nombreux animaux, devaient le temps d’un séjour, apprendre à s’écouter, se respecter, se “sociabiliser”. Le film revient sur cette expérience unique, et raconte au présent la transformation et la renaissance d’un homme, de sa famille, de son exploitation. La ferme ne reçoit plus des centaines d’enfants, mais reste en effervescence. Aujourd’hui, statutairement retraité, Gégé ne résiste pas à accueillir quelques groupes d’enfants au printemps et des touristes l’été. Sa réputation n’est plus à faire mais un dernier défi reste à relever, celui de la transmission.
Le film pose un regard décalé teinté d’humour, d’insolence et de tendresse sur la société, l’éducation, la ville, la banlieue et les paysans, à travers le portrait intime et le regard de Gégé. » Florent Verdet

 

Gege REAAprès avoir vécu de nombreuses années à Paris, de l'autre côté du périphérique, Florent Verdet réside aujourd‘hui dans le Sud-Ouest, à Najac. Après des études à l'université Paris 8, il est chef opérateur pour le cinéma et le documentaire et producteur de documentaires de création au sein de la société entre2prises, qu'il a créée dans les années 2000. Il a notamment produit La Mort de la gazelle de Jérémie Reichenbach (2008), Avec Dédé de Christian Rouaud (2013), Si on te donne un château tu le prends de Marina Déak (2017), Le Plaisir du désordre de Christian Rouaud (Gindou 2016), Faut savoir se contenter de beaucoup de Jean-Henri Meunier (2016), Après le printemps de Laurent Lhermite et Romain Huêt (Gindou 2017). En parallèle, il continue de réaliser des films : Sang à venir (2004), Ma cité au musée (2008), Sur le plateau (2011), Un pays nouveau (2019). Florent Verdet assure régulièrement des formations autour de la production, mais aussi de l'image documentaire, notamment au sein de l'université Paris 8. Il est également coloriste sur différents projets de courts et longs métrages de fiction et de documentaires pour le cinéma.