Visuel 2020 horizontal 2

Rétrospective Marie-Claude Treilhou - Longs métrages
Plein air

Simone Barbès ou la vertu

Marie-Claude Treilhou

France. 1980. Fiction. 1h17

Scénario : Marie-Claude Treilhou, Michel Delahaye
Image : Jean-Yves Escoffier
Son : Yves Zlotnicka
Montage : Paul Vecchiali
Musique : Roland Vincent, Gabriel Fauré, Matho, Moussorgski, Josse (groupe 12ª5)
Production : Diagonale
Interprétation : Ingrid Bourgoin, Martine Simonet, Michel Delahaye, Sonia Saviange, Noël Simsolo.

Contact : La Traverse
NotAllowedScriptfacebook.com/latraverseprod
Tél. +33 (0)1 49 88 03 57

 

Paris, fin des années 70. À la tombée de la nuit, des néons multicolores illuminent les rues avec la promesse de la débauche. Simone Barbès, qui est ouvreuse dans un cinéma porno et qui fréquente une boîte de nuit lesbienne, nous invite, le temps d’une soirée, à déambuler avec elle dans ces mondes malfamés, habités par des femmes et des hommes traversés par le désir, mais irrémédiablement condamnés à la solitude.

« La chose que j’avais à l’esprit, c’est que je sentais qu’on basculait, qu’on changeait d’époque, de civilisation, avec cette massification de la pornographie. Je ne me le formulais pas encore comme « marchandisation », mais je pensais vraiment qu’il se passait quelque chose. Avant, il y avait de rares sex-shops très réservés, et puis tout à coup il y a eu ces cinémas très fréquentés, à la sauvette. Je crois que ce film, maintenant que j’y ai réfléchi, est le témoignage de ce sentiment très puissant que j’avais d’assister à une mutation qui se matérialisait là. Un rapport entre le masculin et le féminin, et à la représentation en général. Ça a été ma manière de traiter ce renvoi à une solitude amplifiée, absolue. Une désacralisation qui aurait des répercussions sur une société, sur l’universel. »
Marie-Claude Treilhou