Visuel 2020 horizontal 2

Rétrospective Marie-Claude Treilhou - Courts métrages
Arsénic

 

Une sale histoire de sardines

Marie-Claude Treilhou

France. 1982. Fiction. 56 min

Scénario : Marie-Claude Treilhou
Image : Jacques Pamart, Bernadette Marie
Son : Jean-Pierre Laforce, Jean-Pierre Fenie, Alain Eynier
Montage : Dominique Forgue, Françoise Coispeau
Musique : Xalam
Production : INA, dans le cadre de la série Télévision de chambre
Interprétation : Marcel Frettard, Ingrid Bourgoin, Yvonne Decade, Michel Delahaye, Eva Simonet, Gérard Delvallée, Jessa Darrieux, Hervé Favre

Contact : INA
ina.fr
Tél. +33 (0)5 34 30 48 48

 

Dans un garage. Marcel, gardien de nuit reçoit certains soirs la visite de noctambules qui viennent lui confier leurs histoires et leurs problèmes.

« Trop peu de films nous embarquent encore aujourd’hui dans le sentiment de joyeuse nonchalance que procure Une sale histoire de sardines. À la différence qu’ici, le plaisir de conter ne provient pas tant de l’histoire en elle-même, limitée à un unique décor - selon les exigences de l’INA, qui commande le film - mais bien des « sales histoires de sardines », du désir de déplier par le geste et la langue une oralité tortueuse, qui constitue la vraie aventure du film. C’est que chez Treilhou le travail du langage n’est pas qu’affaire de caractérisation : il n’est pas la curiosité sociale qui anime aujourd’hui les dialogues idiomatiques d’un certain cinéma français. Plutôt l’exploration d’une gouaille poétique, avec ce qu’elle brasse d’icônes et de métaphores triviales. Le titre est ainsi un bel hommage adressé à « Une sale histoire » de Eustache, film animé par un même désir de la pérégrination orale, mais du côté d’une bourgeoisie retorse que Treilhou bascule ici dans un cercle populaire.
Tom Vernaculaire - senscritique.com