décline couverture HEADER

 

 

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages  
Arsénic.
Avant-première. Sortie le 9 octobre 2019.

Nos défaites

Jean-Gabriel Périot

France. 2019. Documentaire. 1h28

Ce film a été réalisé avec des élèves de première. Pendant le tournage, certains jouaient devant la caméra, les autres formaient l’équipe technique.
Image : Manon Fourneyron, Sophonie Ngokani Belkie, accompagnées par Amine Berrada
Son : Claire Goldmann-Fournier, Ségolène Fuila, accompagnées par Dana Farzanehpour
Montage : Jean-Gabriel Périot
Musique : David Georgelin
Production : Envie de Tempête
Avec : Swann Agha, Natasha Andraos, Ghaïs Bertout-Ourabah, Jackson Ellis, Julie Escobedo, Rosalie Magnan, Alaa Mansour, Marine Rouie, Floricia Yamondo, Martin Zellner

Contacts : Météore Films
www.meteore-films.fr
Tél. +33 (0)1 42 54 96 20

Tél. +33 (0)1 55 94 91 70

 

 

Nous ne serons jamais faits du bois des victoires, mais de celui du combat. Nos défaites dresse un portrait de notre rapport à la politique, grâce à un jeu de réinterprétation par des lycéens d’extraits issus du cinéma post-68, associé à des interviews de ces jeunes acteurs. Comment appréhendent-ils le monde dans lequel ils grandissent et surtout, auraient-ils envie de le changer, de le détruire ou d’en construire un nouveau ?

 

« Ce film répond à une invitation qui m’a été faite par la Ville d’Ivry-sur-Seine, de venir faire un film avec la classe de 1ère option cinéma du lycée Romain Rolland. J’ai trouvé l’idée vraiment étonnante et singulière, car il s’agit non pas de faire un film collectif ou d’aider les lycéens à faire leur propre film, mais de venir au lycée en tant que réalisateur, de passer du temps avec les lycéens et à partir de là, de réaliser un film. J’ai voulu leur faire découvrir un des aspects les plus importants pour moi du travail du cinéaste : la possibilité qu’offre le travail d’un film de se confronter à ce que l’on ne connaît pas, de rencontrer des gens qui nous sont encore, pour des raisons différentes, étrangers, d’affronter l’altérité et de la défaire. Le point de départ de mon projet fut donc simplement de permettre à ces adolescents de se confronter à l’inconnu. Et le cinéma politique et engagé des années post-68 m’est apparu comme un moyen de justement les mettre en face de quelque chose qui pouvait leur sembler éloigné de leurs préoccupations habituelles. Tout part du désir de les entendre se réapproprier des images et des mots éloignés d’eux, puis de les entendre parler d’eux depuis ces mots-là, depuis ces images-là. » Jean-Gabriel Périot

 

 

 

nos defaites

Né en France en 1974, Jean-Gabriel Périot a réalisé plusieurs courts métrages à la frontière du documentaire, de l’expérimental et de la fiction. Il développe son propre style de montage qui interroge la violence et l’histoire à partir d’archives filmiques et photographiques. Ses films, dont We are winning, don’t forget (Gindou 2004), Dies Irae, Eût-elle été criminelle…(Gindou 2006), Nijuman no borei (200000 fantômes, Gindou 2007) ou The Devil ont été récompensés dans de nombreux festivals à travers le monde. Son premier long métrage, Une jeunesse allemande (Gindou 2015) a fait l’ouverture de la section Panorama à la Berlinale 2015 avant de sortir sur les écrans allemands, suisses et français et d’être honoré de plusieurs prix. Lumières d’été, son premier long métrage de fiction montré en première au festival de San Sebastian, est sorti en France l’été 2017.