décline couverture HEADER

 

 

Vagabondages Cinématographiques - Longs métrages 
Plein air.
Avant-première. Sortie le 16 octobre 2019.

 

L’Angle mort

de Patrick-Mario Bernard, Pierre Trividic

France. 2019. Fiction. 1h44

Scénario : Pierre Trividic, Patrick-Mario Bernard
Image : Jonathan Ricquebourg
Son : Jean Mallet, André Rigaut
Montage : Annette Durtertre
Musique : Patrick-Mario Bernard
Production : Ex-Nihilo
Interprétation : Jean-Christophe Folly, Isabelle Carré, Golshifteh Farahani, Sami Ameziane (alias le Comte de Bouderbala), Claudia Tagbo, Tella Kpomahou, Peter Bonke

Contacts : Rouge Distribution, film soutenu par l'ACID
www.rouge-distribution.com
Tél. +33 (0)9 72 55 96 09

 

 

Dominick Brassan a le pouvoir de se rendre invisible. Il ne s’en sert pas beaucoup. A quoi bon, d’ailleurs ? Il a fait de son pouvoir un secret vaguement honteux, qu’il dissimule même à sa fiancée, Viveka. Et puis vient un jour où le pouvoir se détraque et échappe à son contrôle en bouleversant sa vie, ses amitiés et ses amours.


« Toute l’histoire a lieu aujourd’hui et dans un monde quotidien. Dominick doit gagner sa vie. Il a un métier. Il loue un appartement dans une tour. Il se rapprocherait plutôt de Peter Parker / Spiderman, qui vend des pizzas pour gagner sa croûte, que de Bruce Wayne / Batman, qui vit dans son château. Dominick a cet aspect très quotidien ou passe-partout, mais sans être un super-héros. Il ne sait pas quoi faire de son pouvoir. Est-ce que c’est si enivrant que ça, de pouvoir se rendre invisible ? Il subit son don tout autant qu’il l’exploite. Il le subit d’autant plus qu’il est en train de se détraquer. » Patrick-Mario Bernard
« L’invisibilité, dans le film, est une métaphore évolutive, qui expose des questions variées. Il est question tour à tour de ce que l’on voit, de ce que l’on ne voit pas, de la façon dont on est vu. Et, parmi toutes ces choses, l’invisibilité est aussi une métaphore sociale. L’invisibilité est une métaphore devenue habituelle dans le champ social. Tout le monde voit bien qui sont ces invisibles. Ce sont des gens qui subissent leur invisibilité. » Pierre Trividic

 

 

 

Vaga LM Angle mort Rea

Patrick Mario Bernard, plasticien et compositeur, est un ancien élève des Beaux-Arts.
Pierre Trividic est un ancien élève de l’Idhec (36e promotion), et lauréat de la Villa Médicis hors-les-murs (1989).
Leur collaboration commence en 1996 avec Le Cas Lovecraft (Fipa d’Or) sur une commande de France 3 pour la collection Un Siècle d’Écrivains. Pour la télévision encore, ils ont réalisé Ceci est une Pipe pour Canal+ en 2000 et Une Famille parfaite pour Arte en 2005. Pour le cinéma, ils ont écrit et réalisé deux longs métrages, Dancing en 2001 et L’Autre en 2008 (Prix de la meilleure interprétation féminine pour Dominique Blanc à la 65e Mostra de Venise). L’Angle mort était présenté en sélection ACID au festival de Cannes 2019. À côté de leurs travaux communs, Pierre Trividic poursuit une activité de scénariste pour le cinéma (de Petits arrangements avec les morts de Pascale Ferran à Marvin ou la belle éducation d’Anne Fontaine, en passant par Ceux qui m’aiment prendront le train de Patrice Chéreau). De son côté, Patrick Mario Bernard poursuit son activité de plasticien et, en 2018, a réalisé Good, un long métrage consacré au musicien Rodolphe Burger.